La flore du lac d'Annecy PDF Imprimer Envoyer

Les réserves naturelles accueillent une grande variété d’espèces, au Bout-du-Lac, on a dénombré 476 espèces végétales dont 17 orchidées, au Roc de Chère, c’est 508 espèces végétales dont 28 orchidées.

* De 0 à 1,50 m de profondeur, on trouve les plantes émergentes, les racines ou rhizomes sont dans la vase mais les appareils reproducteurs sont aériens, telles : iris des marais, laîche, massette, roseau, scirpe.
* De 0,30 à 3,50 m de profondeur, on trouve les plantes à feuilles flottantes. Les racines sont dans la vase, la partie « aérienne » reste au ras de l’eau, telles : nymphéa blanc, nénuphar jaune, renouée aquatique (rare).
* De 1 à 6 m, on trouve les plantes immergées. Parfois on peut voir leurs fleurs en surface, telles :
o groupe des characées : élodée, fontinelle, myriophylle en épis, naïade, pesse d'eau, potamot (7 espèces), renoncule divariquée.
o groupe des plantes flottantes : utriculaire négligée.
* le phytoplancton :
o Les algues brunes (qu’on trouve le plus), diatomées (pennales (synedra ulna, cymbella, pinnularia veridis), cyclotelles, coloniales (fragilaria, asterionella, tabellaria) ), chrysophycées
o Les algues vertes : chlorophycées (spirogira, scenedesmus).
o Les péridiens.

Roselière du lac d'Annecy

Roselières

En 1928, année de l’étude de Marc Le Roux sur la faune et la flore du lac, les roselières s’étendaient sur 180 ha (1,8 km²). En 1976, elles n’étaient plus que sur 16 ha (0,16 km²) et cela s’est encore un peu amenuisé à notre époque même si des mesures ont été prises comme la création de la réserve naturelle du Bout-du-Lac, les restrictions de navigation, la plantation de pieux, etc.

La principale roselière est celle du Bout-du-Lac, il y ensuite celles de Saint-Jorioz et d’Annecy-le-Vieux au petit port.

La roselière est un élément important de la vie du lac, c’est en effet une zone d’eau peu profonde où l’eau se réchauffe très vite et où la vie permet de prospérer. D’abord les plantes aquatiques qui vont permettre aux animaux de se nourrir, mais également de se cacher et se reproduire.

Elle joue également un rôle dans la propreté du lac, à la façon d’une station d’épuration : elle filtre les matières et permettent leur décantation. De plus, les plantes comme les roseaux assimilent dans leur tissus des polluants comme le phosphore, le nitrate, mais également le cyanure ou des hydrocarbures.

Dernier point, elle permet d’absorber une grande quantité d’eau en cas de crue, en particulier là où débouche les petites rivières qui alimentent le lac. Ce qui participe à la stabilité du niveau du lac.

Source : www.fr.wikipedia.org